Recherche personnalisée

16 mars 2015

Ferrari 288 GTO 1984

Gran Turismo Omologata, voilà la signification des trois lettres qui en disent déjà long sur les prétentions de cette Ferrari 288 GTO, deuxième héritière du nom. Née avec la destinée de courir en championnat FIA Groupe B, elle fut produite à tout juste 272 exemplaires soit à peine plus que ne l'imposait la réglementation, mais alors que le développement de la 288 GTO Evoluzione arrivait à terme, la FISA (Fédération international du sport automobile) décida en 1986 de bannir cette catégorie à partir de 1987, à la suite de plusieurs accidents mortels et ne participa du coup à aucune compétition. Ce Groupe B aura néanmoins permis de donner naissance à quelques voitures de légende comme la Ferrari 288 GTO...
Reprenant les lignes de sa Ferrari 308 GTB 1975, Pininfarina eut réussi à en sublimer le dessin. Quelques éléments ont étaient légèrement redessinés comme le bouclier avant et les 3 prises d'airs, clin d'oeil à la Ferrari 250 GTO, placées maintenant sur les ailes arrières position du moteur oblige. L'empattement supérieur de 11 cm et les voies plus large finissent d'en radicaliser la ligne et le magistrale coup de crayon n'aura jamais subi le poids du temps. L'habitacle est très proche de celui de la 308 là aussi, le tableau de bord est recouvert d'un velours noir mat. La finition et la qualité de fabrication ne sont certainement pas au niveau du prix demandé comme sur beaucoup de Ferrari à l'époque, mais l'essentiel est ailleurs...
Une des particularités de son moteur V8 F114B, chose que l'on a pas l'habitude de voir sur une Ferrari, est qu'il reçoit deux turbines japonaises IHI, résultat une puissance de 400 chevaux à 7000 tr/mn et 496 newton-mètre de couple à 3800 tours pour une cylindrée de 2.9 litres. Les chronos impressionnant pour l'époque, prouvait une fois de plus l'efficacité du turbo-compresseur et démontraient aussi la maîtrise de cette technologie par la firme italienne, jusqu'alors uniquement connue et réputée pour ses motorisations atmosphériques. Le V8 placé en position centrale arrière est couplé à une boite à cinq vitesses manuelles.
Avec la conception d'un voiture de course comme raison d'être, Ferrari a développé pour la 288 GTO un châssis tubulaire et une carrosserie en fibre de verre, Kevlar et carbone impressionnant pour une automobile conçue avant 1984. Le poids ne s'élevait alors qu'à 1160 kg à sec, lui permettant d'obtenir un rapport poids/puissance très avantageux. Les freins à disque ventilés sont en 310 mm à l'avant et 306 mm à l'arrière. Les jantes sont des Speedline en deux parties à écrou central, qui accueillaient à l'époque des pneus en 16 pouces Goodyear Eagle VR50 de 225/55 à l'avant et 265/50 à l'arrière, bien que Michelin semble aussi avoir fourni Ferrari pour la 288 GTO.
  • V8 biturbo , 2865 cm3
  • 400 ch à 7000 tr/m
  • 496 nm à 3800 tr/m
  • 1160 kg - à sec
  • 0 à 100 km/h : 4,9 s
  • 0 à 200 km/h : 15,2 s
  • 400 m d/a :  12,7 s
  • 1000 m d/a : 21,8 s
  • 306 km/h
  • Voies Av/Ar : 1,59.9 / 1,56.2
  • Empattement : 2,45 m